ARAC DRANCY

14 mars 2018

Association Républicaine des Anciens Combattants de DRANCY

arac100ans

 Maison Del Barrio, 57 rue Charles Sage 93700 DRANCY

Bulletin d'adhésion à télécharger.....

arac2018

aracp1

aracp2

 

Actualités :

 

 

19mars recto

 

19mars verso

 

 

 

                          HISTOIRE SANS MEMOIRE ?!

 

Il ya quelques jours, alors que la France entière commémorait les attentats du 13 novembre 2015 à St-Denis et à Paris, dans un même élan certains medias annonçaient que le président  de la République  ne renouvellerait  pas cet acte républicain, représentatif de sa fonction.

Dés lors on peut s’interroger ce qu’est l’engagement d’un acte commémoratif d’un président de la République vis-à-vis d’attentats aussi barbare, la même année que les attentats de « Charlie ».

Oubliés « Charlie », Montauban, Toulouse, Nice, la Normandie d’où d’après Mme Le Pen les terroristes n’y sont pas nés ?!

Comment peut-on qualifier, d’un côté, les victimes  d’attentats, de victimes de guerre, et de l’autre de ne pas reconnaître officiellement par des non commémorations, lesdites « victimes » ?!

Devrions-nous plus reconnaître « Les victimes » de la guerre de 14/18 (Militaires) que celle de 1939/45 (Civiles)?!

Ce n’est pas au loto ni au grattage que l’on sauvera le patrimoine ; et le numéro complémentaire c’est le 14 ou le 18 ?!

-1-

Est-ce une manœuvre sous-jacente pour remettre en cause toute forme de commémoration du 11 novembre et/ou du 08 mai, alors que la république reconnaît depuis 2012, le 27 mai comme journée nationale de la résistance ?!

Qu’ils soient civils ou militaires, lors des 2 conflits mondiaux, nos morts doivent reposer en paix.  Pour leur respect et l’apaisement de leurs familles nous demandons une journée nationale aux victimes du terrorisme obscurantiste, qui pourrait être le 07 Janvier de chaque année.

Ce que le pays traverse depuis plusieurs années, fait partie de l’Histoire de ce pays : La France.

Quelques qu’en soient les causes, même si nous savons que les politiques pétrolifères  de pays en pays, de pétrodollars en pétrodollars  emprunts de douleurs remplissent officiellement  les  jerricanes de certitudes.

 Le sang de nos enfants remplit le réservoir de nos bagnoles.

Nous ne les oublierons jamais ni les les Victimes Opex ni les civils.

Le sang a la même couleur comme les larmes sont universellement salées !

Aucun mot ne pourra combler l’absence d’un fils, d’un père, d’une mère ou d’une fille…

 

-2-

Aucun 1er janvier ou 14 juillet ne peut être complètement joyeux après la perte d’un être cher dans de telles circonstances.

Un crime peut commencer par des mots  mais pour terminer ou soulager les maux, il faut balayer le crime ! Il faut balayer la guerre !

L’ARAC pourrait être initiatrice auprès des autres associations amies : Anacr, fnaca…Des états généraux de la paix.

Pour que 2018 soit la fin d’un cauchemar de ce premier siècle de fin de la grande guerre. Que l’on puisse tourner la page dignement de notre grand livre d’histoire pour que les fusillés, nos fusillés reposent enfin éternellement en paix et pour l’apaisement dans les familles. Oui à une réhabilitation générale et complète des fusillés de la grande guerre.

Les commémorations, je l’ai dit, font partie des drames de notre Histoire.

Pas de dates, pas d’Histoire !

Pas d’Histoire, pas de mémoires !

Le devoir de mémoire n’est pas qu’un concept, une pensée. La transmission c’est un mouvement, un relais, une action humaine qui agit.

 

-3-

Mais alors, comment parler de devoir de mémoire sans ses droits ?! Droits inhérents aux repères, aux signaux de notre Histoire. Droits à réparation mais aussi à revendiquer, à pétitionner, à manifester…

Tous ces droits n’existeraient  pas sans l’intelligence humaine qui la porte.

Pas de devoirs sans droits, pas de droits sans devoirs, dit une célèbre chanson.

Entre la guerre et a paix, il y aura toujours un mur

Du mur d’apartheid d’Israël – 1400 km-sur les terres palestiniennes, représentant 35% du budget Palestinien( Que d’écoles, de musées ou d’hôpitaux !) au Mur de la honte étatsunien sur les terres indigènes à la frontière avec le Mexique, les murs sont des monuments d’expulsion, d’exclusion, d’oppression, de discrimination et d’exploitation. En tant que peuples affectés par ces murs et en tant que mouvements qui considèrent la justice, la liberté et l’égalité comme moyens pour résoudre les problèmes de cette planète.

L’appel du 09 Novembre est un appel à la journée mondiale d’action pour un Monde sans mur où l’ARAC a toute sa place !

Oui, les murs c’est la guerre !

 

                                         -4-

Quand Barbusse écrit « Guerre à la guerre » Dans «  Le feu, journal d’une escouade » -Prix Goncourt, en 1916-co-fondateur de l’Arac avec Georges Bruyère, Raymond Lefebvre et Paul Vaillant-Couturier. Cette citation d’Henri Barbusse fut reprise par des citoyens de l’humanité sans frontières, considérés à tort, à l’époque comme des « Riens du tout » alors qu’ils étaient tout, venant de l’enfer des tranchées.

Barbusse, celui qui fit dire à Jésus, dans « Jésus contre Dieu », en 1927 :                                                       

Cherchez et vous trouverez. Frappez et l'on vous ouvrira.

Ce que vous direz dans l'ombre retentira dans la lumière.

Ce n'est pas le bruit des mots qui soulève les couchés.

J'ai besoin de ceux qui ont besoin de moi.

J'aurais vu la conscience des esclaves ne se réveiller que juste assez pour se venger de leur malheur sur d'autres malheureux.

Un Homme est toujours vaincu mais tous les hommes sont invincibles.

Nous savons que tant que vous n'aurez pas tout, vous n'aurez rien du tout.

 

                                       -5-

Répondant à cet écho, Jean-Luc Godard écrit plus de 60 ans plus tard : «  Je veux tout et rien d’autre ».

Je pense aussi à cet enfant brûlant une bibliothèque dans un célèbre livre de Victor Hugo.Etant arrêté, il dit : «  Je ne sais pas lire. »

Alors, comme Jack Ralite Soyons des combattants de l’Education, de la Culture et du monde associatif…

Il disait, dans un « Manifeste », en 1992: Que veulent les banlieues ? Tout !

Avec nos armes que sont l’Education et la Culture… !

Vous n’aurez rien du tout ?...

Alors, construisons des ponts, construisons la Paix !

Je vous remercie !

Vive le 56° congrès, Vive  2° centenaire de l’Arac !

 

- Gérard MULLER – Vice-président ARAC de Drancy -

 

-Drancy/Créteil, le 14 Novembre 2017 - (Lu, le 17/11/17)-

 

                                          -6-

Posté par ARAC DRANCY à 17:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :